Du samedi 14 mai au samedi 21 mai 2011

PRÉSENTATION
L’homophobie est une forme de discrimination. C’est une attitude ou sentiment négatif, une aversion envers les personnes homosexuelles ou  envers l’homosexualité en général. L’homophobie se manifeste par la haine, l’hostilité et le rejet des personnes considérées comme  homosexuelles et de ce qui leur est associé, notamment les personnes dont l’apparence et le comportement ne correspondent pas aux stéréotypes de la masculinité ou de la féminité.
Sous le terme homophobie, nous regroupons les discriminations envers les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les personnes transgenres et transexuelles.
La Journée internationale contre l’homophobie : Le 17 mai est une date symbolique pour les personnes homosexuelles. Longtemps considérée comme une maladie, l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales le 17 mai 1990 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette campagne annuelle a pour objectif général de combattre l’homophobie. Chaque année, le choix d’une thématique vise à sensibiliser la population à une problématique particulière.
La thématique « Couple de même sexe – Une histoire d’amour » a pour but de :

  • Dissiper les perceptions réductrices des relations homosexuelles voulant que l’homosexualité soit principalement une affaire de relations sexuelles;
  • Informer la population sur l’inégalité juridique entre les couples de même sexe et ceux de sexe différent;
  • Valoriser les relations de couple auprès des gays et des lesbiennes;
  • Démontrer que les relations de couples de même sexe existent depuis toujours;
  • Diffuser l’idée que les sociétés ouvertes à la diversité sexuelle sont des sociétés accueillantes à la diversité sous toutes ses formes.

Cette année un accent est également mis sur la transphobie : La diversité sexuelle doit aussi faire place aux personnes dont l’identité de genre diffère de leur sexe biologique, indépendamment de leur orientation sexuelle. Ces personnes peuvent aussi vivre en couple et vivre des histoires d’amour dans un contexte hétérosexuel ou homosexuel. La relation émotive qui unit deux personnes demeure toujours la même, indépendamment de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. On appelle «transphobie » la discrimination envers ces personnes.

Actions à Orléans autour du 17 mai : A partir de samedi 14 mai 2011
Samedi 14 mai 2011à 17h > Kiss-in > Place de la République > Orléans :
Au coup de sifflet : Un bisou, deux bisous, trois bisous….. C’est un KISS-IN !
Venez nous rejoindre le samedi 14 mai 2011 à 17h, place de la République à Orléans pour s’embrasser longuement, amoureusement ou simplement amicalement contre  l’homophobie.
Dès 14h vous pourrez rencontrer les bénévoles du GAGL45 qui répondront à vos questions sur le stand d’information. Vous pourrez aussi tester vos connaissances sur l’homophobie à l’aide d’un jeu de plateau. Des documentations et exposition seront aussi à votre disposition.

Mercredi 18 mai 19h30 > Ciné débat (entrée libre) > Espace Délicat’&Scène >Cinéma des Carmes > Orléans :
Le Baiser de la Lune, un film de Sébastien WATEL

Dans le cadre des Cafés des Droits de l’Homme (en collaboration avec la ligue des Droits de l’Homme du Loiret), projection du film d’animation « Le Baiser de la Lune » de Sébastien WATTEL. Deux poisson-garçons s’aiment comme le soleil et la lune…Un court-métrage d’animation poétique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe. La projection sera suivie d’un débat animé par les intervenants du GAGL45.

Jeudi 19 mai 20h00 > Ciné débat > Cinéma des Carmes > Festival d’un bord à l’autre :
« 108-Cuchillo de Palo », Espagne-2011-1h31, documentaire de Renate Costa.
Tarifs habituels du cinéma : plein tarif = 7,50 euros/tarif réduit=6 euros
Pot d’accueil offert par le GAGL45, centre LGBT à partir de 19h15 dans l’espace Délicat&Scène du cinéma (sous-sol), suivi de la diffusion du film à 20h00. La projection sera suivie d’un débat avec Jean-Louis ROUGERON, responsable de la commission LGBT d’Amnesty International France.
Synopsis du film rédigée par la réalisatrice : « Rodolfo était le seul de mes oncles paternels qui ne voulait pas devenir forgeron comme son père. Dans le Paraguay des années 80, sous la dictature de Stroessner, il voulait devenir danseur professionnel.
C’est en fouillant dans les fragments de son passé que j’ai découvert que mon oncle avait fait partie de la « liste des 108 homosexuels », qu’il avait été arrêté et torturé. Encore aujourd’hui au Paraguay, quand on vous appelle « 108 » cela signifie « pédé ». Pendant plus de 20 ans, tout au long de la dictature de Stroessner, les hommes qui étaient soupçonnés d’être opposants au régime ou homosexuels étaient pris pour cible par les collaborateurs du régime. L’histoire de Rodolfo nous dévoile une période obscure de mon pays. »

Samedi 21 mai : Lesbian & Gay Pride à Tours
Le mot d’ordre : « Pour l’égalité : En 2011, je marche. En 2012, je vote ! »
12h30 Ouverture du village associatif au Château de Tours
14h00 Rassemblement au château de Tours et 14h45 Départ de la marche
Char associatif animé par Les Sheilas (La Superette). Avec la participation des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence et de Saravah (école de samba à Tours).
Le char sera commun à la LGP de Tours et au GAGL45.
De 17h30 à 21h30 : animations et concerts sur le village au château de Tours.

Communiqué de Presse Journée contre l’homophobie 2011

Votez pour cet article :

Etre Homosexuel-le et vouloir être parent, est-ce normal ?

Rédigé par Romain le 8 - mars - 2011 Commentaires fermés sur Etre Homosexuel-le et vouloir être parent, est-ce normal ?
Alors qu’il y a des décennies, vivre son homosexualité impliquait de renoncer à fonder une famille, voire à vivre une vie en couple stable, la nouvelle génération se libère : le souhait d’être parent semble déconnecté de l’orientation sexuelle… Débattons ensemble avec Sylvie et Nathalie, Responsables de l’Antenne Région Centre de l’association  » Les enfants d’Arc-en-ciel ».
Les Enfants d’Arc en Ciel – l’asso de la Famille et de la future famille homoparentale 
Site de l’Asso : enfants-arcenciel.org
Forum : enfants-arcenciel.fr
vendredi 25 mars 2011 à 20h 30
Espace LGBT Orléans – 28 bis
28 bis rue Sainte Anne à Orléans
Votez pour cet article :

Ouvrage : Les minorités sexuelles face au risque suicidaire

Rédigé par Romain le 20 - octobre - 2010 Commentaires fermés sur Ouvrage : Les minorités sexuelles face au risque suicidaire

Depuis la fin des années 1990 (aux États-Unis d’abord, puis dans d’autres pays dont la France), les enquêtes les plus probantes ont mis en évidence un risque suicidaire plus élevé parmi les jeunes sexuelles – gays, lesbiennes, bisexuel(le)s, transgenres – et ceux qui se questionnent sur leur identité sexuelle ou de genre.

L’homophobie est aujourd’hui le facteur de risque le mieux identifié pour comprendre cette sursuicidalité. Les phénomènes d’exclusion, de mépris et de stigmatisation peuvent en effet provoquer une perte d’estime de soi, une perte de confiance dans l’avenir et les autres. Le soupçon d’appartenance à une minorité sexuelle ou de non-conformité de genre – qui peut toucher tout jeune, indépendamment de son orientation sexuelle effective – conduit également souvent la personne qui le subit à une grande détresse qui favorise les symptômes suicidaires.

Quelle que soit la stratégie mise en oeuvre par le jeune pour éviter ou résister à une discrimination, le coût psychique et physique est souvent élevé. D’autant que par rapport à d’autres types de discriminations, les discriminations homophobes ou liées à une non-conformité aux stéréotypes de genre se caractérisent par un faible soutien de la famille, une faible intervention des adultes et des préjudices particulièrement précoces.

Il existe en France des initiatives de prévention de ces discriminations et du risque suicidaire qui gagneraient à être mieux connues et parfois généralisées. Autre piste de travail : la sensibilisation des professionnels en contact avec les jeunes, qu’ils viennent des champs éducatif, sanitaire, social, judiciaire… Enfin, pour continuer à améliorer nos connaissances, il semble essentiel d’intégrer plus nettement, en amont de la conception des enquêtes, ces phénomènes spécifiques que sont l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie et le sexisme.

A consulter au Centre de documentation du 28 Bis.

Les minorités sexuelles face au risque suicidaire – Acquis des sciences sociales et perspectives
Collection « La Santé en action »

François BECK
Jean-Marie FIRDION
Stéphane LEGLEYE
Marie-Ange SCHILTZ

Votez pour cet article :

Lien entre pédophilie et homosexualité

Rédigé par Romain le 13 - avril - 2010 Commentaires fermés sur Lien entre pédophilie et homosexualité

Communiqué de presse
Fédération des Associations et des Centres Lesbiens, Gays, Bi et Trans en France
Angers, le mardi 13 avril 2010

Alors que le Vatican stigmatise les homosexuels, la Fédération LGBT à laquelle nous appartenons, interpelle le cardinal Vingt-Trois ainsi que le nonce apostolique à Paris

Alors que des affaires de pédophilie secouent l’Église catholique, le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat du Vatican, vient d’exclure que l’explication puisse être le célibat des prêtres mais prétend y voir l’homosexualité comme seule cause.

En visite au Chili, le cardinal Bertone, a déclaré lundi 12 avril : « De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre le célibat et la pédophilie, mais beaucoup d’autres, et on me l’a dit récemment, ont démontré qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie. C’est la vérité, c’est le problème. […] Cette pathologie touche toutes les catégories de gens, et les prêtres à un moindre degré si l’on regarde les pourcentages. »

Étrangement, sans doute parce que cela rend sa position intenable, le représentant du Vatican oublie que des prêtres abuseurs s’en sont aussi bien pris à de toutes jeunes filles.! Qui aurait, pour autant, l’idée de s’en prendre globalement aux hétérosexuels ?

A peine l’octave de Pâques achevée, ce nouvel amalgame entre pédophilie et homosexualité commis par le Vatican provoque notre indignation et notre colère, alors que l’Église catholique est en difficulté jusqu’à son sommet pour n’avoir pas dénoncé par le passé les abus sexuels commis par des prêtres sur des enfants.

En désignant l’homosexualité comme bouc-émissaire, le cardinal Bertone tente une diversion scandaleuse afin de dédouaner le Saint-Siège, rejetant les fautes du passé sur l’homosexualité prétendue de ses prêtres. Il ne peut ignorer qu’avec cet obscurantisme présenté comme vérité, il va déclencher encore plus de haine contre les homosexuel-les du monde entier.

Les homosexuel-les ne sont pas des pédophiles. L’homosexualité est une orientation sexuelle et certes pas une pathologie, dussions-nous marteler qu’en France, depuis 1982, l’homosexualité n’est plus un délit et que dans le monde, depuis 1995, elle ne figure plus dans la liste des maladies mentales de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les homosexuel-les athées, agnostiques et croyants de la Fédération LGBT dénoncent les pseudo-explications scientifiques alléguées par le secrétaire d’Etat du Vatican. Ils les vivent comme une nouvelle provocation à la haine et au rejet des personnes, malgré des discours contraires de l’Église catholique devenus totalement inaudibles désormais.

Alors que le 17 mai prochain, Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, et la transphobie aura pour thème « Religions, homophobie, transphobie », la Fédération LGBT appelle athées, agnostiques et croyants, catholiques ou non, associations des droits de l’homme, syndicats et partis politiques, à faire connaître leur indignation suite à ces propos qui font écho à l’opposition de l’Eglise catholique à toutes les avancées des droits des homosexuel-les et des personnes transgenres.

La Fédération LGBT interpelle le père Vingt-Trois, président des évêques de France, et le père Luigi Ventura, nonce apostolique et représentant officiel du Saint-Siège à Paris. Nous leur demandons solennellement de transmettre au Vatican notre colère suite à ces propos afin d’obtenir le retrait de ces allégations mensongères par l’intéressé et des excuses au plus haut sommet de l’Église catholique pour avoir établi un amalgame indigne et avoir exposé délibérément les personnes homosexuelles à la haine.

La Fédération LGBT attend une réelle contrition, bien distincte de toute componction vaticane.

Stéphane Corbin,
président de la Fédération LGBT
_____________________________________________________________________
Fédération LGBT, fédération nationale des Associations et Centres LGBT en France,
dont la présidence est assurée par l’association Quazar d’Angers.
Adresse postale: 31, rue des Tanneurs, 57000 Metz.

Votez pour cet article :

Les religions luttent-elles contre l’homophobie ?

Rédigé par Denis LEFEVRE, le 8 - avril - 2010 Commentaires fermés sur Les religions luttent-elles contre l’homophobie ?
A un mois de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, l’association LGBT d’Orléans – Loiret écrit aux responsables religieux du département pour leur demander de se positionner sur l’homophobie et ses conséquences individuelles, sociales et familiales.

La journée mondiale de lutte contre l’homophobie a été créée le 17 mai 2005, 15 ans jour pour jour après la suppression de l’homosexualité de la liste des maladies mentales, le 17 mai 1990.
Cette journée est célébrée depuis, dans plus de 50 pays dans le Monde et reconnue par l’Union Européenne, la Belgique, le Royaume Uni, le Luxembourg, le Mexique et le Costa Rica. La France la reconnait depuis 2009.
Le thème retenu pour la journée du 17 mai 2010 est « Les religions et la lutte contre l’homophobie ».
C’est dans ce cadre que le GAGL45 a décidé de relayer le comité international (IDAHO) pour mener une campagne locale en demandant aux responsables religieux dans le Loiret  leur position sur « l’homophobie et ses conséquences individuelles, sociales et familiales et notamment sur les violences physiques et psychologiques et autres atteintes aux droits de l’Homme perpétrées en raison de l’orientation sexuelle ».
Les réponses que nous recevront seront publiées sur le site de l’association :  gagl45.org
D’autre part, la campagne nationale a déjà commencé par :
l’appel du 17 mars concernant les religions, l’homophobie et la transphobie, ce texte a été rédigé au niveau national, et publié le 17 mars, sur LeMonde.fr par quatre intellectuels issus respectivement du protestantisme, du catholicisme, de l’islam et du judaïsme :  Olivier Abel (philosophe), Jean-Claude Guillebaud (écrivain), Tarek Oubrou (imam), Rivon Krygier (rabbin).
Ce texte qui a été repris sur TF1.fr, Libération.fr, Médiapart, Worldnews, Têtu, Illico, Yagg, etc. interpelle les responsables religieux, en leur demandant de prendre position clairement contre les violences. Cette initiative paraît d’autant plus appropriée après les récents événements à Notre-Dame, à Saint-Merri, à Laval, ou encore l’affaire du Créteil Bebel.
D’autres actions auront lieu comme :
Le colloque du 17 mai organisé par le Comité IDAHO, David et Jonathan, La Communion de Béthanie, le Beit Haverim, le collectif des homosexuels musulmans, la Ligue des Droits de l’Homme, ce colloque se tiendra à l’Assemblée nationale, sous le haut-parrainage du ministre de l’Intérieur et des cultes. Le colloque portera sur la thématique de l’année : « Religions, homophobie, transphobie ».
Les responsables religieux seront invités à dialoguer avec les associations LGBT et les associations de défense des droits humains. Vous pouvez vous inscrire en envoyant un mail à lgtin@idahomophobia.org, et vous pouvez d’ores et déjà réserver votre journée !
La prière universelle pour les victimes de l’homophobie et de la transphobie, qui pourra être intégrée à la liturgie des offices religieux, dans les lieux de culte qui le voudront, le week-end précédent le lundi 17 mai. La prière sera largement diffusée.
D’autres actions sont en cours de préparation
solidairement,
Denis LEFEVRE, président
GROUPE ACTION GAY ET LESBIEN LOIRET
LES REPONSES
Eglise Réformée d’Orléans – Pasteur Guillaume de Clermont – [ lire la réponse ]
Eglise Catholique – Évêché d’Orléans – Pas de réponse à ce jour
Votez pour cet article :

Cela se passe pas très loin de chez nous. Nos ami(e)s de Quazar, l’association LGBT d’Angers nous invite à signer une pétition contre la lesbophobie et à soutenir Jessica et Virginie. [ Lisez…et Signez ici ]

lesbienne-lesbophobieDeux lesbiennes du centre-ville de Segré (Maine-et-Loire) sont victimes depuis de nombreux mois d’insultes lesbophobes de la part d’un groupe d’une vingtaine de jeunes entre 17 et 21 ans. A deux reprises, l’un d’entre eux a tiré en leur direction avec des balles à blanc.
Les deux jeunes femmes, Jessica 24 ans et Virginie 28 ans, font face depuis la semaine dernière à une nouvelle montée en puissance des agressions avec courage et détermination.

Quazar leur apporte tout son soutien et dénonce avec la plus grande véhémence l’inaction des pouvoirs publics et de la gendarmerie locale pour faire cesser ces agressions à caractère répété.

Les faits sont consternants
Le 15 mai 2008, un jeune qui avait proféré des propos lesbophobes n’avait pas été poursuivi.
Le 30 août 2008, un jeune les a menacé physiquement. Après un dépôt de plainte, il a écopé d’un mois de prison avec sursis et de 200 € de dommages et intérêts. Le même soir un autre jeune a tiré en leur direction avec des balles à blanc.
Il y a quinze jours, les jeunes femmes ont été insultées dans un commerce par une partie de ces jeunes.
Mardi 2 juin dernier, la voiture de Virginie a été rayée intentionnellement.
Vendredi 5 juin, un des jeunes a pénétré dans le domicile des deux jeunes femmes alors qu’elles étaient chez elles, leur causant une grande frayeur. Elles ont porté plainte pour violation de domicile.
Dans la nuit de vendredi au samedi 6 juin, cette bande de jeunes les a insultées sous leur fenêtre depuis la voie publique sans qu’aucun voisin ne s’y oppose.

Au cri de «Bande de sales gouines, descendez!», «Vient sucer ma queue», «Je vais te la mettre dans le cul, tu vas aimer» les deux jeunes femmes ont enduré ces propos pendant des heures alors qu’elles disent avoir ont fait appel à la gendarmerie qui était présente à quelques mètres et qui n’est pas intervenue.

Entre samedi et dimanche derniers, les deux jeunes femmes ont porté plainte pas moins de quatre fois, pour violation de domicile, menaces avec arme, injures discriminatoires, et jet de détritus.

Jeudi 11 juin, Jessica et Virginie ont rencontré Laurent Olivier, sous-préfet de Segré, en présence du capitaine de gendarmerie qui leur ont assuré « avoir un oeil sur le dossier ». Mais à la question des deux jeunes femmes, de savoir quand le calme reviendrait dans notre rue, le sous-préfet leur a déclaré ne rien pouvoir faire car c’était un lieu public !

Depuis les événements d’août 2008, Jessica et Virginie avaient écrit à leur maire sans obtenir de réponse de sa part. Gilles Grimaud s’est enfin décidé à recevoir les deux jeunes femmes maintenant que l’affaire s’ébruite dans la presse locale.

Non, Segré n’est pas une zone de non-droit !
L’attitude laxiste des pouvoirs publics locaux et de la gendarmerie depuis des mois a encouragé cette bande de jeunes à commettre ces attaques inqualifiables envers la dignité de deux citoyennes de Segré en raison de leur orientation sexuelle.

L’impéritie des pouvoirs publics et de la gendarmerie de Segré a conduit à renforcer le sentiment d’impunité des ces jeunes lesbophobes, qui se comportent comme de jeunes mâles sexistes, dominateurs et insultants envers les femmes.

Quazar exige des mesures de protection immédiates des forces de l’ordre nationales et municipales en faveur des deux jeunes lesbiennes de Segré, la poursuite sans faillir de ces jeunes et des mesures éducatives et répressives exemplaires envers ces jeunes lesbophobes à qui il est plus que temps d’apprendre le respect et l’égalité des droits des femmes et des lesbiennes.

N’attendons pas que ces jeunes, pour qui le sexe est un enjeu de domination, soient les futurs maris qui insultent et battent les femmes. Rappelons qu’en France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari ou de son compagnon. N’attendons pas un drame pour agir !

Le sexisme et la lesbophobie, au même titre que toutes les autres discriminations sont des fléaux sociaux qui ne passeront pas à Segré !

quazar-angersAussi, Quazar, Centre lesbien, gay, bi et trans d’Angers, association de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre, appelle toutes les citoyennes, les citoyens, les partis, les syndicats, les associations LGBT et de femmes, à signer la pétition de soutien en rejoignant Jessica et Virginie dans leur courageux combat quotidien contre le sexisme et la lesbophobie.

Site internet :  http://assoquazar.free.fr

Votez pour cet article :

Le GAGL signe la pétition contre l’instauration du fichier EDVIGE

Rédigé par Denis LEFEVRE, le 17 - juillet - 2008 Commentaires fermés sur Le GAGL signe la pétition contre l’instauration du fichier EDVIGE

Le GAGL a signé la pétition concernant l’instauration du fichier EDVIGE.
Ce fichier institue le fichage systématique et généralisé, dès l’âge de 13 ans, par la police des délinquants hypothétiques et des militants syndicaux, politiques, associatifs et religieux ainsi que des éléments concernant l’orientation sexuelle.

« Sans débat public préalable, le gouvernement, par un décret publié au Journal officiel du 1er juillet 2008, a considérablement accru les capacités de fichage de nos concitoyens. Ce fichage sera assuré, à l’avenir, par la Direction centrale de la sécurité publique (fusion des Renseignements Généraux et de la DST).
A cette fin, un nouveau fichier policier sera mis en place sous le nom d’EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale). Il recensera, de manière systématique et généralisée, toute personne « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Sans exception, toutes les personnes
engagées dans la vie de la cité sont donc visées.

En outre, ce fichage vise à permettre la collecte de renseignements identitaires sur les « suspects » (personne mais également groupe) simplement considérés, par la police, comme susceptibles, à l’avenir et
de manière totalement hypothétique, de porter atteinte à « l’ordre public ».

Il permettra de compiler toutes les notes de renseignements telles que : état civil, photographie mais aussi fréquentations, comportement, déplacements, appartenance ethnique, vie sexuelle, opinions politiques, philosophiques, religieuses, appartenances syndicales et associatives…

La police sera autorisée à consulter ce fichier en cas d’enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois.
Les mineurs ne seront pas épargnés puisque fait sans précédent dans notre République et particulièrement choquant, leur fichage sera autorisé dès l’âge de 13 ans et cela sans qu’aucune infraction n’ait été commise et sur la seule base de leur dangerosité présumée.
Cette initiative gouvernementale, porteuse à l’évidence de nombreuses dérives, s’inscrit résolument dans le cadre de la mise en place d’une politique sécuritaire ouvertement revendiquée.
Le gouvernement est passé outre aux réserves émises par la Commission nationale Informatique et Libertés concernant ce fichier qui, dès sa parution, a suscité les plus vives réprobations de multiples organisations associatives, syndicales et politiques.
C’est pourquoi les organisations et les personnes signataires de cet appel exigent le retrait du décret autorisant la mise en place du fichier EDVIGE qui institue un niveau de Surveillance des citoyens totalement disproportionné et incompatible avec une conception digne de ce nom de l’état de droit, sollicitent le soutien et la signature de tous nos concitoyens et de toutes les organisations attachées aux libertés publiques, au respect de la vie privée et des droits de l’enfant, s’engagent à se constituer, dès le mois de septembre 2008, sous forme de Collectif afin de prendre toute initiative utile visant à obtenir des pouvoirs publics qu’ils renoncent à la mise en place du fichier EDVIGE. »

Vous pouvez rejoindre la liste des signataires sur : http://nonaedvige.ras.eu.org/

Votez pour cet article :

Rama Yade à Orléans, nous sommes là !

Rédigé par Denis LEFEVRE, le 14 - juin - 2008 2 COMMENTAIRES

Hier, à l’Auditorium des Beaux Arts, Rama Yade (secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme et aux Affaires Etrangères), qui commence son « Tour de France des Droits de l’Homme », a souhaité que le GAGL soit invité parmi les nombreuses associations qui travaillent ici et ailleurs sur les thèmes des droits humains.

Vincent, Noëlle et moi nous sommes donc rendus à ce « rendez vous citoyen ».
En introduction, Monsieur Grouard salue la détermination de la ministre dans ses combats puis lui passe la parole. Rama Yade énonce très clairement ses deux priorités dans le cadre de la Présidence Européenne de la France qui commence le 1° juillet: la lutte contre les violences faites aux femmes et la lutte contre l’homophobie.
Puis les associations sont conviées à poser des questions. la plupart des questions portent sur les relations internationales de la France, les problèmes de l’Afrique, du Tibet, etc.
Quand notre tour arrive, Je pose la question de la reconnaissance de la Journée Mondiale de lutte contre l’homophobie , les moyens mis en oeuvre pour célébrer cette journée et les moyens de faire de la prévention en région, par exemple en rentrant en milieu scolaire. Sa réponse est très claire et forte de conviction. Elle affirme la reconnaissance officielle de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie par le gouvernement français. Elle annonce que la France portera une déclaration au niveau des Nations Unies pour demander la dépénalisation de l’homosexualité dans le Monde. Elle n’a pas répondu sur le niveau local.

On ne peut que se réjouir devant ces annonces qui peuvent nous laisser de l’espoir quant à l’avancée de la reconnaissance de nos droits dans le Monde et surtout pour « arriver à sauver des vies » comme le dit la ministre qui exprime fortement « qu’il est inadmissible que l’orientation sexuelle puisse entraîner une condamnation à mort », à voir maintenant si ces déclarations sont suivies d’effet…

On peut en douter quand, par deux fois, deux ministres se sont engagés à retirer l’exclusion des homosexuels concernant la transfusion sanguine, et deux ans après, la situation n’a pas bougé à l’Etablissement Français du Sang (voir communiqué de sos homophobie).
Restons donc vigilants, mobilisés et solidaires .

Votez pour cet article :







VIDEOS GAGL 45

  • Les vidéos de gagl45 sur Dailymotion

A DECOUVRIR…

FESTIVAL DE FILMS GAYS & LESBIENS

  • Festival de films Gays et Lesbiens - Éditions 2006-2008
    L'association Ciné Mundi reprend le Festival Festival LGBT D'un bord à l'autre

PLUS D'INFOS

VIDEO

TAGS


Nos partenaires

A propos du GAGL

Centre LGBT Orléans GAGL 45 - siège social Maison des associations 46 Ter rue Ste Catherine 45000 ORLEANS ESPACE LGBT \"LE 28BIS\" 28 Bis Rue Sainte Anne 45000 ORLEANS

Twitter

    Photos

    30253_398632156566_212392196566_4823032_4442347_n30253_398632171566_212392196566_4823033_336135_n30253_398632176566_212392196566_4823034_6552655_n29215_1508004658766_1193805578_31489982_5779935_n