André Téchiné ou l’affranchissement tranquille

Rédigé par Administrateur le 5 - avril - 2012 1 COMMENTAIRE

Vendredi 23 mars, GAGL 45 nous conviait, une nouvelle fois au 28 bis, pour une conférence sur l’inscription intime et romanesque dans le cinéma français du réalisateur André Téchiné animée par Pascal PUJOL.

Après avoir évoqué, lors de ses précédentes interventions, le parcours humain, littéraire ou artistique de François Mauriac, Jacques Demy et Barbara, Pascal continuait de tisser avec André Téchiné le lien qui unit des figures apparemment dissemblables et cependant toutes mues par l’impérieuse nécessité de dire. Mais, il s’agit bien aussi de se dire, dans une totale mise à nu comme Barbara, à pas secrets pour François Mauriac ou dans le vertige de la pulsion et la poursuite du rêve pour Jacques Demy. André Téchiné est peut-être comme un point de confluence serein et libre entre le désir de révéler le monde et le désir de se révéler à soi ou à l’autre. Read the rest of this entry »

Votez pour cet article :

Communiqué de presse à la suite des propos de M. Vanneste

Rédigé par Administrateur le 25 - février - 2012 Commentaires fermés sur Communiqué de presse à la suite des propos de M. Vanneste

Le Centre LGBT Orléans, GAGL45, s’indigne des propos tenus par le député du nord Christian Vanneste dans une interview donnée au site politique libertepolitique.com le 10 février 2012.
L’histoire, et plus particulièrement l’histoire contemporaine, génère des événements tragiques qui interpellent sévèrement la conscience de l’humanité.L’utilisation partiale de l’histoire à des fins bassement politiciennes, au moment même où la demande d’égalité des droits revendiquée par les Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres s’avère être un net clivage politique, nous amène, nous, association LGBT militante, à condamner les propos de Monsieur Vanneste.
La présence et la représentation des homosexuels aux commémorations de la déportation notamment à Orléans, suffit à traduire le devoir de mémoire que nous devons à ceux ou celles qui, affublés d’une étoile jaune, d’un  triangle rose, noir…furent les victimes expiatoires d’un état totalitaire, raciste, antisémite, xénophobe et homophobe.
La recherche historique qui avance certes lentement, laisse entrevoir que 62 « français » (source empruntée au blog de Mickaël Bertrand) furent effectivement déportés. Chiffre faible au regard des 6 millions de victimes de la Shoah ? Qui sait combien de juifs(ves), de résistants(tes), de communistes…furent aussi des homosexuels ?
Oser associer déportation et « légende » revient à manipuler, salir l’histoire, et par là même la France, l’Europe et le Monde.
Nous assistons à une « inflammation » démesurée de propos qui échappent à tout sens commun, qui blessent les sensibilités des démocrates attachés aux libertés, à l’esprit de tolérance qui nous permettent de bien et mieux vivre ensemble.
La « civilisation » derrière laquelle certains s’abritent avec lâcheté, se déshonore à avaliser une parole d’élu apparemment homophobe.
Le GAGL45, dont la commission culture prépare une réflexion sur la réalité de la déportation homosexuelle en France et en Europe, invite ses adhérents, les lecteurs de son blog, à faire part de leur désapprobation, à souscrire à cet élémentaire devoir de mémoire.

 

Denis LEFEVRE, Président

CENTRE LGBT ORLÉANS
Groupe action gay et lesbien Loiret

Tél : 02 36 47 60 88
Courriel : contact@gagl45.org

Espace LBGT : 28 bis, rue Sainte Anne – 45000 ORLÉANS
Siège social : 46 ter, rue Sainte Catherine – 45000 ORLÉANS

Votez pour cet article :

Ciné Cinéma André Téchiné : L’amour existe t-il ?

Rédigé par Administrateur le 23 - février - 2012 Commentaires fermés sur Ciné Cinéma André Téchiné : L’amour existe t-il ?

« L’amour existe t-il ?  » : André Téchiné, un cinéaste « des homosexualités » ?

Le documentaire De la cage aux roseaux d’Alessandro Aviallis et Alain Brassart, présenté récemment au festival de cinéma gay et lesbien d’Orléans, donne et par sa présence et ses interventions mais aussi par l’hommage unanime de certains critiques (Gérard Lefort de Libération),de cinéastes ( Martineau et Ducastel), une place centrale au cinéma d’André Téchiné dans la représentation cinématographique de l’homosexualité. Fort de ce qu’Alain Brassart nomme « l’homosexualité tranquille » (opposée à « l’homosexualité noire  » entrevue selon lui dans L’homme blessé (1983) de Patrice Chéreau ou Les nuits fauves (1992) de Cyril Collard), André Téchiné favoriserait l’intégration de l’homosexualité dans le cinéma.

« Je suis un pédé, je suis un pédé, je suis un pédé » martèle dans Les roseaux sauvages (1994) le jeune héros François, personnage aux forts accents autobiographiques.

Vendredi 23 mars 2012
de 18h30 à 22h30
28 bis rue Sainte Anne à Orléans

Read the rest of this entry »

Votez pour cet article :

Etre Homosexuel-le et vouloir être parent, est-ce normal ?

Rédigé par Romain le 8 - mars - 2011 Commentaires fermés sur Etre Homosexuel-le et vouloir être parent, est-ce normal ?
Alors qu’il y a des décennies, vivre son homosexualité impliquait de renoncer à fonder une famille, voire à vivre une vie en couple stable, la nouvelle génération se libère : le souhait d’être parent semble déconnecté de l’orientation sexuelle… Débattons ensemble avec Sylvie et Nathalie, Responsables de l’Antenne Région Centre de l’association  » Les enfants d’Arc-en-ciel ».
Les Enfants d’Arc en Ciel – l’asso de la Famille et de la future famille homoparentale 
Site de l’Asso : enfants-arcenciel.org
Forum : enfants-arcenciel.fr
vendredi 25 mars 2011 à 20h 30
Espace LGBT Orléans – 28 bis
28 bis rue Sainte Anne à Orléans
Votez pour cet article :

Festival d’un bord à l’autre : édition 2011

Rédigé par Administrateur le 31 - janvier - 2011 Commentaires fermés sur Festival d’un bord à l’autre : édition 2011

L’association CINÉ MUNDI & le festival D’un Bord à l’Autre nous donnent rendez vous, à Orléans, le week-end du 30 septembre, 1er & 2 octobre 2011 pour sa prochaine édition de films LGBT qui aura pour thème :  Sport & Homosexualité

site internet : festivaldunbordalautre.com

Votez pour cet article :

Soirée écran d’idées : HARVEY MILK

Rédigé par Administrateur le 29 - décembre - 2010 Commentaires fermés sur Soirée écran d’idées : HARVEY MILK

Projection du film « Harvey Milk » avec Sean Penn, un film de Gus Van Sant (2009)

Ce film retrace les 8 dernières années de la vie de Harvey Milk Dans les années 70, il fut le premier homme politique américain élu à des fonctions officielles, à affirmer son homosexualité. Découvrez son combat contre la discrimination et l’homophobie.

Projection suivie d’un débat animé par l’association GAGL 45 sur le thème de la lutte contre l’homophobie.

Jeudi 6 janvier 2011 – 20h30 – Entrée libre
Espace Culturel Lionel Boutrouche à Ingré

Renseignements : service Communication 02.38.22.38.71

Votez pour cet article :

Rencontre avec Abdellah Taïa

Rédigé par Romain le 2 - décembre - 2010 3 COMMENTAIRES
Le GAGL 45 accueille à Orléans – Abdellah Taïa pour son roman « Le jour du Roi »

Photo : Jérémy STIGTER

Son homosexualité fait partie intégrante de ses romans largement autobiographiques. L’écrivain a remporté Le Prix de Flore 2010 décerné pour son dernier roman «  Le jour du Roi ».

Venez découvrir l’histoire de Omar et Khalid, deux amis de milieux sociaux différents. Ils veulent voir le roi Hassan II qui doit passer entre Rabat et Salé. Une jalousie va s’installer entre les deux amis et la guerre des classes sera déclarée.

Rencontrez l’auteur pour une séance de dédicaces et d’échanges.

vendredi 14 janvier 2011 à partir de 19h
au Centre LGBT « 28Bis » – 28bis rue Ste Anne à Orléans.

Le verre de l’amitié  vous sera offert et nous partagerons un repas en commun que chacun(e) apportera.

Abdellah Taïa
Le jour du Roi
Editions du Seuil

Lire le premier chapitre, infos et vidéo

Votez pour cet article :

Hommage à Jacques Demy : le cinéma enchanté de Jacques Demy, passeport d’une certaine mythologie homosexuelle masculine?

Jean Marais - Peau d'âne - Jacques DEMY, 1970

«Un coup de foudre et un paratonnerre pour la vie entière», telles furent les émotions que délivra Camille Taboulay à la découverte du cinéma de Jacques Demy lorsqu’elle avait treize ans.

20 ans après sa disparition (27 octobre 1990), son cinéma « enchanté » continue d’éblouir au-delà des générations marquées par les adieux déchirants sur le quai de la gare de Cherbourg de Geneviève et de Guy (« Mon amour je t’attendrai toute ma vie »), par la chanson de Maxence (« Et que l’amour dicte sa loi ») ou bien par les incantations de la princesse de Peau d’âne (« Mais qu’allons nous faire de tout cet amour/le montrer ou bien le taire »).

Agnès Varda dans les plages d’Agnès (2008) libère son chagrin à l’évocation de la disparition de son mari Jacques Demy : « Jacques se mourait. Il savait que le sida était insoignable… ». Cette officialisation pudique mais publique de son homosexualité rapproche encore davantage le « demy-monde » de l’univers gay, accrédite la popularité que nourrit cette œuvre au sein de la culture gay. Le cinéma de Jacques Demy ouvre un espace de prospection excitant dans lequel on peut matérialiser ses « racines du rêve » mais aussi sans doute sa « sensibilité ou ses pulsions homosexuelles ». Au-delà de la présence de Jean Marais, de l’évocation poétique de Cocteau comme « une forme de futur » dans Peau d’âne, de boîtes à matelots dans Lola ou les parapluies de Cherbourg…, Camille Taboulay précise que « Jacques Demy choisit souvent pour les rôles masculins des acteurs à la beauté lisse, empreinte de mélancolie… » (Nino Castelnuovo, Jacques Perrin…) Le cinéma de Jacques Demy s’il connut dans les années 1960 un certain succès, alimenta aussi « un glissement pervers qui allait dégénérer en préjugé assassin , réduisant son étrangeté profonde à une séduisante mièvrerie. »

Pourquoi les homosexuels aiment-ils autant ce cinéma et adhèrent-ils à un monde prônant les rêves comme levier de sa condition mais n‘évitant pas la cruauté?

Est-ce parce que Les parapluies de Cherbourg inventent le mélo-picto-drame ? Le recours à des couleurs violentes , le rose « qui excite », le bleu « qui met de bonne humeur » traduit-il seulement un parti pris fantaisiste, léger (censé être l’apanage des gays !) ou bien puise t’il aux fondements de l’esthétique (Baudelaire, Les curiosités esthétiques, De la Couleur) ?

Jacques Demy cherche les moyens de faire surgir la beauté en se servant des acteurs mais également en les plaçant dans un rapport inédit de la pratique artistique. Le cinéma de Jacques Demy ne convoque pas la peinture comme un élément décoratif mais comme une matière connue (Raphaël, Vermeer, Matisse…) aimée et qui lui permet de « défier » le cinéma. Ainsi quand le souverain dans Peau d‘âne, Jean Marais, se confond en éloges devant le portrait de la princesse, Jacques Demy crée un mouvement de caméra, du tableau vers la princesse (Catherine Deneuve) qui délivre une véritable acuité poétique, celle de concevoir la création cinématographique non seulement comme une mise en rapport avec les fondements de la représentation plastique mais aussi de proposer une perception du monde dépendante de valeurs esthétiques, creuset du monde occidental. Il établit une étroite corrélation entre la peinture (art ancien , majeur) et le cinéma (art nouveau, devant assurer sa pérennité) et livre un véritable palimpseste.

Etre là et rêver d’un ailleurs, craindre les vertiges de l’évasion ou fuir précipitamment , composent les deux segments contradictoires du « demy-monde » et retrouvent au-delà d’une évidente quête universelle, celle des homosexuels qui peut-être plus que d’autres, rêvent d’un autre monde.

Cette soirée du vendredi 26 novembre , à partir de 18 heures 30, est dédiée aux « allumés » du cinéma de Jacques Demy , à tous ceux qui comme Maxence dans les Demoiselles de Rochefort souhaitent que « l’amour dicte sa loi».

vendredi 26 novembre 2010
au 28 bis à partir de 18h30

Votez pour cet article :







VIDEOS GAGL 45

  • Les vidéos de gagl45 sur Dailymotion

A DECOUVRIR…

FESTIVAL DE FILMS GAYS & LESBIENS

  • Festival de films Gays et Lesbiens - Éditions 2006-2008
    L'association Ciné Mundi reprend le Festival Festival LGBT D'un bord à l'autre

PLUS D'INFOS

VIDEO

TAGS


Nos partenaires

A propos du GAGL

Centre LGBT Orléans GAGL 45 - siège social Maison des associations 46 Ter rue Ste Catherine 45000 ORLEANS ESPACE LGBT \"LE 28BIS\" 28 Bis Rue Sainte Anne 45000 ORLEANS

Twitter

    Photos

    stud_po_web_mai_2010+230253_398632156566_212392196566_4823032_4442347_n30253_398632171566_212392196566_4823033_336135_n30253_398632176566_212392196566_4823034_6552655_n