Vous êtes dans la catégorie ‘Lutte contre l’Homophobie’

Grand Unisson 2011

Rédigé par Romain le 5 - juin - 2011 Commentaires fermés sur Grand Unisson 2011

Le Grand Unisson, c’est l’un des festivals de musique les plus marquants de l’agglomération Orléanaise, il se déroule du 17 et 18 juin et il accueillera sur son village associatif un stand de lutte contre l’homophobie animé par le GAGL 45.

Grand Unisson – 16 – 17 et 18 juin 2011
Stade de l’IRESDA
Saint Jean de la Ruelle

Votez pour cet article :

Du samedi 14 mai au samedi 21 mai 2011

PRÉSENTATION
L’homophobie est une forme de discrimination. C’est une attitude ou sentiment négatif, une aversion envers les personnes homosexuelles ou  envers l’homosexualité en général. L’homophobie se manifeste par la haine, l’hostilité et le rejet des personnes considérées comme  homosexuelles et de ce qui leur est associé, notamment les personnes dont l’apparence et le comportement ne correspondent pas aux stéréotypes de la masculinité ou de la féminité.
Sous le terme homophobie, nous regroupons les discriminations envers les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les personnes transgenres et transexuelles.
La Journée internationale contre l’homophobie : Le 17 mai est une date symbolique pour les personnes homosexuelles. Longtemps considérée comme une maladie, l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales le 17 mai 1990 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette campagne annuelle a pour objectif général de combattre l’homophobie. Chaque année, le choix d’une thématique vise à sensibiliser la population à une problématique particulière.
La thématique « Couple de même sexe – Une histoire d’amour » a pour but de :

  • Dissiper les perceptions réductrices des relations homosexuelles voulant que l’homosexualité soit principalement une affaire de relations sexuelles;
  • Informer la population sur l’inégalité juridique entre les couples de même sexe et ceux de sexe différent;
  • Valoriser les relations de couple auprès des gays et des lesbiennes;
  • Démontrer que les relations de couples de même sexe existent depuis toujours;
  • Diffuser l’idée que les sociétés ouvertes à la diversité sexuelle sont des sociétés accueillantes à la diversité sous toutes ses formes.

Cette année un accent est également mis sur la transphobie : La diversité sexuelle doit aussi faire place aux personnes dont l’identité de genre diffère de leur sexe biologique, indépendamment de leur orientation sexuelle. Ces personnes peuvent aussi vivre en couple et vivre des histoires d’amour dans un contexte hétérosexuel ou homosexuel. La relation émotive qui unit deux personnes demeure toujours la même, indépendamment de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. On appelle «transphobie » la discrimination envers ces personnes.

Actions à Orléans autour du 17 mai : A partir de samedi 14 mai 2011
Samedi 14 mai 2011à 17h > Kiss-in > Place de la République > Orléans :
Au coup de sifflet : Un bisou, deux bisous, trois bisous….. C’est un KISS-IN !
Venez nous rejoindre le samedi 14 mai 2011 à 17h, place de la République à Orléans pour s’embrasser longuement, amoureusement ou simplement amicalement contre  l’homophobie.
Dès 14h vous pourrez rencontrer les bénévoles du GAGL45 qui répondront à vos questions sur le stand d’information. Vous pourrez aussi tester vos connaissances sur l’homophobie à l’aide d’un jeu de plateau. Des documentations et exposition seront aussi à votre disposition.

Mercredi 18 mai 19h30 > Ciné débat (entrée libre) > Espace Délicat’&Scène >Cinéma des Carmes > Orléans :
Le Baiser de la Lune, un film de Sébastien WATEL

Dans le cadre des Cafés des Droits de l’Homme (en collaboration avec la ligue des Droits de l’Homme du Loiret), projection du film d’animation « Le Baiser de la Lune » de Sébastien WATTEL. Deux poisson-garçons s’aiment comme le soleil et la lune…Un court-métrage d’animation poétique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe. La projection sera suivie d’un débat animé par les intervenants du GAGL45.

Jeudi 19 mai 20h00 > Ciné débat > Cinéma des Carmes > Festival d’un bord à l’autre :
« 108-Cuchillo de Palo », Espagne-2011-1h31, documentaire de Renate Costa.
Tarifs habituels du cinéma : plein tarif = 7,50 euros/tarif réduit=6 euros
Pot d’accueil offert par le GAGL45, centre LGBT à partir de 19h15 dans l’espace Délicat&Scène du cinéma (sous-sol), suivi de la diffusion du film à 20h00. La projection sera suivie d’un débat avec Jean-Louis ROUGERON, responsable de la commission LGBT d’Amnesty International France.
Synopsis du film rédigée par la réalisatrice : « Rodolfo était le seul de mes oncles paternels qui ne voulait pas devenir forgeron comme son père. Dans le Paraguay des années 80, sous la dictature de Stroessner, il voulait devenir danseur professionnel.
C’est en fouillant dans les fragments de son passé que j’ai découvert que mon oncle avait fait partie de la « liste des 108 homosexuels », qu’il avait été arrêté et torturé. Encore aujourd’hui au Paraguay, quand on vous appelle « 108 » cela signifie « pédé ». Pendant plus de 20 ans, tout au long de la dictature de Stroessner, les hommes qui étaient soupçonnés d’être opposants au régime ou homosexuels étaient pris pour cible par les collaborateurs du régime. L’histoire de Rodolfo nous dévoile une période obscure de mon pays. »

Samedi 21 mai : Lesbian & Gay Pride à Tours
Le mot d’ordre : « Pour l’égalité : En 2011, je marche. En 2012, je vote ! »
12h30 Ouverture du village associatif au Château de Tours
14h00 Rassemblement au château de Tours et 14h45 Départ de la marche
Char associatif animé par Les Sheilas (La Superette). Avec la participation des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence et de Saravah (école de samba à Tours).
Le char sera commun à la LGP de Tours et au GAGL45.
De 17h30 à 21h30 : animations et concerts sur le village au château de Tours.

Communiqué de Presse Journée contre l’homophobie 2011

Votez pour cet article :

Couple de même sexe : une histoire d’amour

Rédigé par Romain le 15 - avril - 2011 Commentaires fermés sur Couple de même sexe : une histoire d’amour

Chaque année, la Journée internationale contre l’homophobie  et la transphobie du 17 mai est l’occasion d’initier une campagne de sensibilisation aux réalités de la diversité sexuelle.

Lors de son Assemblée Générale de janvier 2011 à Orléans, les membres de la Fédération LGBT  ont émis le souhait de participer à la campagne mondiale issue de la fondation Québécoise Emergence. Cette fondation a été à  l’initiative, et pour la première fois au monde, d’une journée thématique consacrée à la lutte contre l’homophobie conçue et mise sur pied au Québec, le 4 juin 2003.

La présente campagne 2011 a pour thème Couple de même sexe – Une histoire d’amour.
Trop souvent, l’homosexualité et  la transidentité sont perçus de manière limitative où l’on ramène l’orientation sexuelle à la simple expression de la sexualité.

Comme pour les couples hétérosexuels, ceux de même sexe se forment autour de sentiments amoureux et affectifs. La sexualité fait certes partie de la relation de couple, et souvent c’est elle qui a allumé la flamme. Toutefois, la relation de couple durable ne peut pas se fonder que sur la sexualité.

Les couples de même sexe, composés de deux femmes ou deux hommes, vivent les mêmes bonheurs et les mêmes difficultés que les couples de sexe différent.

Plus d’infos : federation-lgbt.org

Le GAGL45 s’impliquera localement à l’occasion de cette journée mondiale de lutte contre l’Homophobie et la transphobie. Nous y reviendront très bientôt.

Votez pour cet article :

L’homophobie au travail : soirée débat

Rédigé par Administrateur le 20 - janvier - 2011 Commentaires fermés sur L’homophobie au travail : soirée débat

Les gais papotages du GAGL sont des rendez-vous où il fait bon faire le tour d’une question particulière.
Animés par des adhérents documentés, ils permettent en toute simplicité de prendre position, de confronter des points de vue…
De faire débat.

De manière ludique et parodique alors que le sujet ne prête pas beaucoup à rire, Lucile et Christel vont ce vendredi, sans psychanalyste (ah ah ah !) animer « une émission » avec documentaire à l’appui. Venez nombreux (-seuses)

Vendredi 21 janvier 2011 à 20h30
Espace LGBT « 28 Bis »
28 bis rue Sainte Anne à Orléans

Votez pour cet article :
Suite à l’audience du 4 janvier 2011 en appel dans l’affaire de l’agression d’un homosexuel en août 2007

La nuit du 4 au 5 août 2007, Etienne* s’est fait rouer de coups sur un lieu de rencontres gay par une dizaine de jeunes hommes. Grâce à la présence d’esprit d’un témoin qui a relevé les numéros de plaque de la voiture des agresseurs, ceux-ci ont été retrouvés. Trois ont été inculpés dont un mineur au moment des faits. Aucune insulte n’a été proférée sur les lieux.
Une première audience, devant le Tribunal pour enfants, a eu lieu le 11 avril 2009. Le mineur au moment des faits a été reconnu coupable d’agression en réunion à caractère homophobe et condamné à 4 mois de prison avec sursis et 2 ans de mise à l’épreuve. Il n’a pas fait appel de ce jugement.
Une deuxième audience a eu lieu le mardi 3 novembre 2009 qui devait déterminer la responsabilité et le rôle des deux autres agresseurs impliqués. Lors de cette audience, les agresseurs ont reconnu les faits de violence en réunion et ont adopté une ligne de défense qui nie le caractère homophobe de leurs actes. Les agresseurs ont été reconnus coupable d’agression en réunion, le caractère homophobe n’a pas été retenu par le juge. Le Parquet a fait appel de ce jugement dès le lendemain.
Le mardi 2 novembre 2010, a eu lieu l’audience en appel qui devait statuer sur la circonstance  aggravante d’homophobie. Malheureusement, les représentants légaux du mineur n’avaient pas été convoqués, l’audience n’a donc pas pu avoir lieu. Elle a été reportée au 4 janvier 2011.

 

Reportage France 3 Centre – 5 janvier 2010

 

Depuis le début, le Groupe Action Gay et Lesbien Loiret a soutenu Étienne dans le combat pour la reconnaissance de cette circonstance aggravante qui a été retenue en mai 2009 lors de l’audience jugeant le mineur devant le Tribunal pour enfants. Ces deux jugements sont contradictoires pour les mêmes faits.
C’est tout l’objet de ce procès en appel qui est de démontrer qu’une bande de jeunes hommes qui s’organise pour aller agresser des homosexuels, sur un lieu connu par eux comme étant un lieu de rencontres homosexuelles sont, de fait, dans une agression à caractère homophobe. La défense des jeunes agresseurs en première audience s’était appuyée sur le fait qu’aucune insulte n’avait été proférée.
Etienne et le GAGL45 craignent que la décision du caractère homophobe de cette agression ne soit pas retenue. En effet, ce pourrait être un message préjudiciable à la lutte contre l’homophobie. Il suffit de ne rien dire et on peut taper sur des homosexuels en risquant un minimum de condamnation. Nous pensons que le fait de ne pas dire d’insultes ne peut en aucun cas les disculper de la circonstance aggravante.
Cette question dépasse le simple soutien communautaire, c’est l’ensemble de la société qui doit être interpellée par ces agressions et leurs jugements.
Depuis maintenant plus de trois ans, la victime vit avec ce souvenir. C’est un traumatisme important qui fait toujours l’objet de suivi médical.
L’audience du 4 janvier a pu poser les termes du débat. L’avocate des parties civiles (Etienne* et le GAGL) ainsi que l’avocat général ont pu développer les arguments démontrant que la circonstance aggravante d’homophobie pouvait être retenue dans cette affaire du fait des actes (les agresseurs savaient qu’ils allaient sur un lieu fréquenté par des homosexuels, ils ont frappé le premier venu) et des propos des agresseurs lors des garde à vue (ils se sont organisés pour raconter la même histoire de vol de voiture).  Alors que la défense a continué de tenir la position selon laquelle la loi ne permettait pas de retenir cette circonstance aggravante puisqu’aucune insulte n’avait été proférée. Le verdict est mis en délibéré au 1° février 2011.
Nous remercions toutes les personnes qui sont venues en soutien.

* le prénom a été changé

Votez pour cet article :

Les interventions contre l’Homophobie

Rédigé par Administrateur le 29 - décembre - 2010 Commentaires fermés sur Les interventions contre l’Homophobie

Intervenir en milieu scolaire et en formation professionnelle

Notre association organise depuis 2008 des interventions en milieu scolaire sur l’homophobie.

Ces interventions, créées dans le cadre des instructions de l’Éducation Nationale et de la HALDE, font l’objet d’un agrément du Rectorat de l’Académie Orléans-Tours délivré le 10 mars 2009 pour une durée de 5 ans.

Nos interventions sont réalisées par des personnes de l’association, spécialement formées, et sont soumises à la charte des interventions en milieu scolaire de l’association nationale SOS HOMOPHOBIE

Téléchargez notre document de présentation pour connaître le contenu de nos interventions et les modalités pour les organiser dans votre établissement :

 

 

Ressources complémentaires

La charte des interventions en milieu scolaire – cliquez ici
Recommandations Halde sur la prévention – cliquez ici
Les Rapports annuels  sur l’homophobie – cliquez ici
Etude de la Halde sur la place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires – cliquez ici

Panneau d’exposition 20 ans du GAGL – « Lutte contre l’Homophobie » – Cliquez ici

Votez pour cet article :

Ouvrage : Les minorités sexuelles face au risque suicidaire

Rédigé par Romain le 20 - octobre - 2010 Commentaires fermés sur Ouvrage : Les minorités sexuelles face au risque suicidaire

Depuis la fin des années 1990 (aux États-Unis d’abord, puis dans d’autres pays dont la France), les enquêtes les plus probantes ont mis en évidence un risque suicidaire plus élevé parmi les jeunes sexuelles – gays, lesbiennes, bisexuel(le)s, transgenres – et ceux qui se questionnent sur leur identité sexuelle ou de genre.

L’homophobie est aujourd’hui le facteur de risque le mieux identifié pour comprendre cette sursuicidalité. Les phénomènes d’exclusion, de mépris et de stigmatisation peuvent en effet provoquer une perte d’estime de soi, une perte de confiance dans l’avenir et les autres. Le soupçon d’appartenance à une minorité sexuelle ou de non-conformité de genre – qui peut toucher tout jeune, indépendamment de son orientation sexuelle effective – conduit également souvent la personne qui le subit à une grande détresse qui favorise les symptômes suicidaires.

Quelle que soit la stratégie mise en oeuvre par le jeune pour éviter ou résister à une discrimination, le coût psychique et physique est souvent élevé. D’autant que par rapport à d’autres types de discriminations, les discriminations homophobes ou liées à une non-conformité aux stéréotypes de genre se caractérisent par un faible soutien de la famille, une faible intervention des adultes et des préjudices particulièrement précoces.

Il existe en France des initiatives de prévention de ces discriminations et du risque suicidaire qui gagneraient à être mieux connues et parfois généralisées. Autre piste de travail : la sensibilisation des professionnels en contact avec les jeunes, qu’ils viennent des champs éducatif, sanitaire, social, judiciaire… Enfin, pour continuer à améliorer nos connaissances, il semble essentiel d’intégrer plus nettement, en amont de la conception des enquêtes, ces phénomènes spécifiques que sont l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie et le sexisme.

A consulter au Centre de documentation du 28 Bis.

Les minorités sexuelles face au risque suicidaire – Acquis des sciences sociales et perspectives
Collection « La Santé en action »

François BECK
Jean-Marie FIRDION
Stéphane LEGLEYE
Marie-Ange SCHILTZ

Votez pour cet article :

Homophobie : on porte plainte !

Rédigé par Administrateur le 18 - mai - 2010 2 COMMENTAIRES

Suite aux propos de M. Michel Guérin dans La Tribune d’Orléans la semaine dernière et à nouveau dans la République du Centre hier, le Conseil d’Administration du GAGL45 a décidé de porter cette affaire en justice et s’est rapproché de son avocate. Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse.

Les associations et particuliers qui souhaitent s’associer à cette démarche peuvent se manifester par mail ou en laissant un commentaire.

Communiqué de Presse – 17 mai 2010

Décidément, Monsieur GUERIN persiste et signe dans son entretien publié dans l’édition du 17 mai de la République du Centre. Cet entretien n’est que le développement de sa sortie dans la Tribune la semaine dernière. A nouveau, il y a dans cet entretien, de l’ignorance et des poncifs sur l’homosexualité ainsi que de la discrimination clairement assumée.

Pour lui, les homosexuels ne sont donc pas à égalité avec les autres. Pour lui, les humains semblent être rangés dans des niveaux. Le plus haut étant « ceux qui ont le courage de mettre au monde, d’élever un enfant ». Les couples hétérosexuels qui ne peuvent pas ou qui choisissent de ne pas avoir d’enfant apprécieront…Les célibataires également…
Nous, association de personnes lesbiennes, gays bi et transgenres ne pouvont pas laisser ces propos circuler sans réagir et demander réparation. Nous intervenons régulièrement, à la demande des enseignants et chefs d’établissements, dans les collèges et les lycées, pour expliquer aux jeunes que l’homophobie est une discrimination et que, comme telle, elle est punie lourdement par la Loi de la République. Nous soutenons sans cesse des personnes qui sont agressées par des individus qui pensent que les homosexuels sont inférieurs à eux et qu’ils ne méritent aucune considération.
Les propos de Mr Guérin ne peuvent que renforcer les préjugés et les violences homophobes et c’est pourquoi nous examinons la possibilité de porter cette affaire en justice. Nous faisons ainsi toute confiance dans la société et sa justice pour dire le droit.
Il nous semble que les bornes du « vivre ensemble » et de l’expression simple d’une opinion sont dépassées.
Denis LEFEVRE,
Président GAGL45
Votez pour cet article :







PLUS D'INFOS

VIDEO

TAGS


Nos partenaires

A propos du GAGL

Centre LGBT Orléans GAGL 45 - siège social Maison des associations 46 Ter rue Ste Catherine 45000 ORLEANS ESPACE LGBT \"LE 28BIS\" 28 Bis Rue Sainte Anne 45000 ORLEANS

Twitter

    Photos