Vous êtes dans la catégorie ‘Culture’

Ciné Cinéma André Téchiné : L’amour existe t-il ?

Rédigé par Pascal, Commission Culture le 23 - février - 2012 Commentaires fermés sur Ciné Cinéma André Téchiné : L’amour existe t-il ?

« L’amour existe t-il ?  » : André Téchiné, un cinéaste « des homosexualités » ?

Le documentaire De la cage aux roseaux d’Alessandro Aviallis et Alain Brassart, présenté récemment au festival de cinéma gay et lesbien d’Orléans, donne et par sa présence et ses interventions mais aussi par l’hommage unanime de certains critiques (Gérard Lefort de Libération),de cinéastes ( Martineau et Ducastel), une place centrale au cinéma d’André Téchiné dans la représentation cinématographique de l’homosexualité. Fort de ce qu’Alain Brassart nomme « l’homosexualité tranquille » (opposée à « l’homosexualité noire  » entrevue selon lui dans L’homme blessé (1983) de Patrice Chéreau ou Les nuits fauves (1992) de Cyril Collard), André Téchiné favoriserait l’intégration de l’homosexualité dans le cinéma.

« Je suis un pédé, je suis un pédé, je suis un pédé » martèle dans Les roseaux sauvages (1994) le jeune héros François, personnage aux forts accents autobiographiques.

Vendredi 23 mars 2012
de 18h30 à 22h30
28 bis rue Sainte Anne à Orléans

Read the rest of this entry »

Votez pour cet article :

Film : En secret sur les écrans orléanais

Rédigé par Christel, Ciné Mundi le 8 - février - 2012 1 COMMENTAIRE

A ne pas manquer  le film iranien  En secret de Maryam Keshavar avec Sarah Kazemy.

Atafeh et sa » meilleure » amie Shirin fréquentent les soirées underground de Téhéran. Elles essayent de profiter au mieux de leur jeunesse, quand Mehran, le frère d’Atefeh, devient membre de la police des mœurs. Alors qu’il désapprouve leur vie, Mehran tombe amoureux de Shirin. Ses sentiments vont bientôt tourner à l’obsession et mettre à l’épreuve la passion amoureuse des jeunes filles.

La réalisatrice signe un premier film sensuel  sur le thème difficile des sexualités en territoire islamiste.

A partir 08  février au cinéma Les Carmes (Orléans)

Votez pour cet article :

Documentaire : De la cage aux roseaux

Rédigé par Pascal, Commission Culture le 3 - octobre - 2011 2 COMMENTAIRES

Dans le cadre du  Festival D’un Bord à l’Autre, le GAGL45 animera un débat sur l’homosexualité dans le cinéma français à l’issue de la projection du film « De la cage aux roseaux » d’Alessandro Avellis et d’Alain Brassart.

Vendredi 14 octobre à 20h30
L’images du Pôle
24, rue de Limare à Orléans

Entrée : 3 euros

Extrait

Votez pour cet article :

Commission Culture du GAGL45 : appel à participation

Rédigé par Pascal, Commission Culture le 10 - septembre - 2011 Commentaires fermés sur Commission Culture du GAGL45 : appel à participation

Dans un précédent article, le Centre LGBT Orléans présentait sa nouvelle organisation en commissions. Après la réunion du 23 juin dernier, des adhérentEs, des sympathisantEs ont pu découvrir les activités associatives du GAGL45. CertainEs, ont eu envie de s’impliquer plus dans la vie de l’association.

C’est la rentrée et les commissions prennent vie. La première réunion de la commission culture se tiendra

vendredi 16 septembre 2011
à partir de 18 heures 30

au Centre LGBT « 28 bis »
28 bis rue Sainte Anne à Orléans

Venez y nombreu-x-ses !

Votez pour cet article :

EXPO : Un photographe, un modèle, vingt photographies

Rédigé par Romain le 30 - août - 2011 Commentaires fermés sur EXPO : Un photographe, un modèle, vingt photographies

Vingt photos de Raphaël, un coiffeur de 20 ans qui habite Chartres sont exposées au Petit Bouchon de la La Lionne
Artiste autodidacte, Xavier-G photographie des corps masculins depuis plusieurs années.
En studio ou en décors extérieurs, parfois en couleur mais le plus souvent en noir et blanc ou sépia, le regard de Xavier-G sublime ces visages et ces corps d’éphèbes, habillés ou presque nus. Un éclairage travaillé, des mises en scène minutieuses, des accessoires choisis, le souci du détail vestimentaire donnent aux œuvres de Xavier-G une grande sensualité doublée d’une extrême délicatesse. Longtemps réticent à exposer ses photos en dehors du net, Xavier-G a accepté, pour la première fois, d’en sortir quelques-unes de l’univers virtuel de la toile.
Vernissage samedi 3 septembre à partir de 20h en présence du modèle et du photographe.
Exposition Photos du 3 septembre au 1er octobre 2011
Le Petit Bouchon de la Lionne – 19 rue de la Lionne – 45000 Orléans

Votez pour cet article :

Festival D’un bord à l’Autre 2011

Rédigé par Romain le 15 - août - 2011 3 COMMENTAIRES

L’édition 2011 du festival D’un Bord à l’Autre aura lieu le week-end du 30 septembre, 1er & 2 octobre 2011 au cinéma Les Carmes à Orléans.
Vous trouverez, dès aujourd’hui, le programme complet & les infos pratiques sur le site du festival : www.festivaldunbordalautre.com

 

Rejoignez l’événement sur Facebook et partagez l’info avec vos amiEs !

Votez pour cet article :

EXPO : photos de Claude Cahun

Rédigé par Christel, Ciné Mundi le 25 - juin - 2011 Commentaires fermés sur EXPO : photos de Claude Cahun

A découvrir jusqu’à la rentrée cette exposition parisienne concernant l’œuvre de Claude Cahun, écrivain, femme de théâtre, et photographe.

Intimiste, poétique et largement autobiographique, l’œuvre de Claude Cahun, qui s’étale sur une vaste période allant de 1910 à 1954, échappe aux tentatives de classification ou de rapprochement. Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité de genre. Claude Cahun s’est réinventée à travers la photographie, en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la performance, habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé.


Du 24 mai au 25 septembre 2011
Galerie du Jeu de Paume
1 place de la Concorde – 75008 Paris

Votez pour cet article :

Une rose à la main, elle revient vers nous… Barbara

Rédigé par Administrateur le 16 - juin - 2011 1 COMMENTAIRE

Le vendredi 10 juin 2011, au cours d’une nouvelle conférence au 28 bis, Pascal Pujol nous donnait rendez-vous pour évoquer avec bonheur le parcours humain et artistique d’une merveilleuse intruse de nos vies : Barbara.
Interroger son inscription manifeste au panthéon de la culture homosexuelle  et au  patrimoine de la chanson française, telle fut la démarche de Pascal, au gré de l’écoute intégrale d’une dizaine de chansons extraites des spectacles emblématiques de l’ Olympia 78, de Pantin 81 et du Châtelet 87.
Le sillon d’un mythe familier exige de celui qui l’emprunte plus que le respect, la fidélité et la dévotion qu’il ne cesse d’inspirer à tant d’entre nous. S’imposait, alors, à Pascal une tâche ardue et, au final, pleinement accomplie : tenter de traduire le mouvement impérieux qui mène de soi (de lui, de nous) à Barbara et dévoiler l’intime d’une femme qui fut mystérieuse jusque dans la lumière et s’abandonna jusqu’à la pointe de l’impudeur.
Attraction singulière d’une pianiste-chantante par vocation et poétesse sans le vouloir, d’un personnage lyrique hanté par le noir  et la nuit d’une enfance meurtrie, d’une femme que les brûlures et les morsures de l’âme rendirent follement exigeante, vulnérable et fraternelle. Attraction naturelle d’une amoureuse des mots simples et incandescents, des mélodies à l’atmosphère parfois légère, enfantine ou mutine, souvent douloureuse et marquée par le sceau du regret.
C’est à 18 ans, l’âge de tous les possibles, que Pascal découvrit qu’il était une voix : Barbara. Dès lors, comme pour les plus émerveillés, elle accompagna ses jours, il n’écouta qu’elle. Comme à tant d’autres, elle lui fut populaire sans jamais se renier, classique et familière sans jamais se figer, prêtresse de grands messes pour un art mineur, la chanson, qu’elle servit jusqu’à l’ivresse.
Il aima ses combats pour la tolérance et la vie coûte que coûte et vaille que vaille; car elle aimait les roses qui disent l’amour et ses griffures, les enfants et la jeunesse à protéger du mal de vivre et du mal aimer, la route que l’on trace vers des naufrages ou des rivages, l’automne à pas craquants ou qui frissonne au creux des reins, ces mains, ce cou, ce cœur qu’elle offrit à son piano, à l’amour, à la vie à la mort.
Il n’est pas étonnant pour beaucoup – et notamment pour les homosexuels et les lesbiennes, qui savent la difficulté de vivre la différence – qu’elle soit devenue une parole résiliente et réparatrice pour ceux qui souffrent et qui espèrent, à force d’être cette ardente rebelle à toute forme d’exclusion, cette inlassable aspirante au droit universel à la singularité.
Beaucoup d’artistes sont venus aussi se réchauffer au feu de Barbara qui reprit, elle, le flambeau de la chanson réaliste, mais peu ont emprunté sa voie, parce qu’elle est à nous et n’appartient qu’à elle. Elle fut notre miroir, nous étions son destin.
Alors, merci, Pascal, d’avoir si bien parlé d’elle, de toi, de nous car c’est dans le va-et-vient entre le « je » égotique et le « tu » amoureux que sont nés, un jour, un « vous » passionnel entre Barbara et « son » public, et un nous qui est « nôtre » et « sien », un et indivisible.
Après tes confidences sur une belle personne, nous nous sommes retrouvés, autour d’un repas très amical, à dire deux ou trois choses que nous savions d’elle et qui ne peuvent se garder pour soi…

Anne Poussard, une adhérente

Votez pour cet article :







VIDEOS GAGL 45

  • Les vidéos de gagl45 sur Dailymotion

A DECOUVRIR…

FESTIVAL DE FILMS GAYS & LESBIENS

  • Festival de films Gays et Lesbiens - Éditions 2006-2008
    L'association Ciné Mundi reprend le Festival Festival LGBT D'un bord à l'autre

PLUS D'INFOS

VIDEO

TAGS


Nos partenaires

A propos du GAGL

Centre LGBT Orléans GAGL 45 - siège social Maison des associations 46 Ter rue Ste Catherine 45000 ORLEANS ESPACE LGBT \"LE 28BIS\" 28 Bis Rue Sainte Anne 45000 ORLEANS

Twitter

    Photos

    Article La Rep' - copie30253_398632156566_212392196566_4823032_4442347_n30253_398632171566_212392196566_4823033_336135_n30253_398632176566_212392196566_4823034_6552655_n